• - Naïm ? fit Esther. Tu peux venir m'aider s'il te plaît ?

    Nout et moi nous regardâmes, un peu angoissées. Esther, Casey, ma sœur et moi étions dans la cuisine, tandis que les cousins, Sophia et Jean étaient dans le salon. Nous étions dans la maison de nos grand-parents, préparant le repas du midi, qu'on prendra tous ensemble.

    - Oui, j'arrive Est.

    Naïm arriva.

    - Qu'est-ce que je peux faire ?

    Discrètement, Casey lui fit signe de se taire, et de le suivre. Nous nous engouffrâmes tous les cinq dans le bureau, dont Esther ferma doucement la porte.

    - Naïm, pour l'instant, tu es le seul de vous six à avoir déclencher ton talent, chuchota notre grand-père. Et pas n'importe quel pouvoir ! Les Carcerem sont très puissants.

    - Hier soir, ou ce matin très très tôt, on a reçu cette missive, continuais-je en lui tendant le parchemin. On a monté une équipe. On pars ce soir pour les cordonnées données.

    - Quoi ? fit mon cousin en lisant rapidement. Mais vous savez ce qu'il y a là bas ?

    - Peu être un piège des Draks, peu être le remède à la maladie d'Isis, répondit calmement Nout. Naïm, si tu veux nous accompagné, tu es le bienvenu, on aura besoin de toi.

    Il nous regarda tous les quatre.

    - Qui part avec vous ?

    - Isis, moi, mon petit ami, qui s’appelle Peter, deux amis de la Deuxième Maison, Keïko et Thomas, une amie, Aglaé, et un Relinquos, Paul Àlainn, le frère d'Hyna, répondit ma sœur.

    - Pas d'adulte ? s'étonna notre cousin.

    Nous nous lançâmes un regard gênée, Nout et moi.

    - Hem, si,continuai-je. Cas et Est on insisté pour qu'on soit accompagné d'une adulte.

    - Qui ? fit Naïm.

    - Elles nous en veulent encore fit Casey, amusé. Car nous les avons forcé à choisir...

    - Hélène, c'est bon, c'est dit, répliqua finalement Nout. Hélène, maman, mère, bah elle vient avec nous.

    Les yeux de Naïm s'ouvrirent comme des billes.

    - Hélène ? Attendez, Tatie Hélène ? Ma marraine ?

    - Oui, répondis-je. Elle est très puissante, c'est une spécialiste qui me la affirmer. Pourquoi ?

    Naïm fut un peu embarrassé :

    - Bah je ne sais pas... Je pensais qu'elle aurait pu me le dire... Après tout, on s'entraîne ensemble pour mes champs de force...

    Il remarqua aussitôt notre petit silence gêné.

    - Qu'est-ce que vous me cachez encore ? soupira-t-il en croisant les bras.

    - Voilà, Hélène n'est pas encore au courant, fit Esther. On a préférer te le dire à toi d'abord, on ne sait pas pourquoi...

    Nout gloussa :

    - On ne sait pas pourquoi mais il y a de grandes chances que ce soit pour le fait que tu es le filleul préféré de maman, et qu'elle ne peut rien te refuser... Mais on ne sait vraiment pas pourquoi !

    Naïm fixa un instant Nout, abasourdis, tandis que je gloussai à mon tour, enfin, il éclata de rire :

    - Je vous ai trouvé un surnom à vous deux ! fit-il en nous désignant, ma sœur et moi. Les siamoises infernales !

    - Ça nous va bien, acquiesçai-je en lançant un regard malicieux à Nout, qu'elle me rendit.

    - Je marche, pour votre entrepris un peu folle ! fit notre cousin. On part ce soir ?

    Je lui sourit :

    - Exactement, mon cousin !

    Nous retournâmes ensemble à la cuisine, et finîmes de préparer le repas. Première mission : embaucher Naïm, réussie ! Maintenant, il fallait se préparer à la seconde mission : mettre Hélène au parfum ! Et c'étais de loin la plus compliquée.

    Logan, Casey junior, Jack et Hélène nous rejoignirent, et nous mangeâmes tous ensemble, en famille. Puis, pendant que Nout, Lila, Sasha et moi rangeâmes la vaisselle, les deux Casey, Logan, Jack, Tâm, Sophia et Lise s'installèrent pour un Scrabble. Notre mère se leva :

    - Bon, je vous laisse, j'ai du travaille à finir à la maison !

    - On arrive maman, fit alors Nout en finissant de ranger les assiettes par Spiritus. 

    Elle nous attendit, et nous partîmes ensembles toutes les trois. Esther vint avec nous :

    - Je crois que j'ai oublié quelque chose chez vous, offrit-elle comme excuse.

     Nous arrivâmes à la maison. 

    - Hélène, attend, fit Esther quand ma mère allait monté à l'étage. On a quelque chose à te dire.

    Elle se tourna, curieuse.

    - Quoi ?

    Je lui tendis la missive.

    - Voilà. 

    Je lui expliquai la situation en quelques mots. Elle lut le parchemin en fronçant les sourcils.

    - Êtes-vous fous ? demanda-t-elle finalement. Il est absolument hors de question d'aller là bas !!!

    - Calme-toi ma fille, fit Esther. Casey et moi avons donnés notre accord. Et, si ils t'accompagnent, ils ne risquent rien.

    - Qui ? Qui part ? demanda Hélène.

    - Nout, Aglaé, Peter, Paul Àlainn, Keïko et Thomas, de le Deuxième Maison, Naïm et moi.

    Je ne sus pas ce qui l'avait le plus surprise du prénom de Thomas ou de celui de Naïm.

    - Naïm ? fit-elle en excellente comédienne. 

    - Il est Carcerem. Doué, tu me l'a dit toi même, avança Esther.

    - Les deux élèves de la Deuxième Maison ? Vous vous rendez compte que ça risque de créer des problèmes diplomatique ? continua-t-elle. 

    - Une Aqua et un Télépathe des plus puissants ! objecta Nout. Maman... Viens avec nous. Sinon, nous irons seuls. Et ce sera beaucoup plus dangereux.

    Hélène réfléchis.

    - Ok, je viendrais avec vous. Mais si on pars ce soir, on prépare tout maintenant !

    ~~~

    Mes doigts tapotaient nerveusement sur une planche de la maison abandonnée. Il était vingt-deux heures moins cinq, et c'était dans cette vieille grange que nous nous étions donnés rendez-vous. J'étais déjà avec Nout, Peter, Naïm et Hélène. 

    Un petit bruit de pas accéléra nos rythmes cardiaques. 

    "Hey, c'est nous." fit la voix de Thomas dans nos esprits.

    Nous nous détendîmes, et Aglaé, Keïko et Thomas surgirent de l'ombre.

    - Salut, firent-ils.

    - Salut, répondis-je. Je vous présente mon cousin Naïm, Carcerem, qui nous accompagne.

    Thomas et Naïm se serrèrent la main, tout comme Aglaé et Naïm. Mais Keïko resta un peu en retrait.

    - Je suis navrée de dire ça, fit-elle de sa voix douce et calme, mais, d'après ce que j'ai compris, Sir Naïm à déclencher son talent il y a peu. Est-ce prudent de l'emmener avec nous ? Surtout que il n'y a même pas deux semaines, il ignorait tout des Draks.

    Sa question jeta un froid sur l'assemblée.

    - J'ai entraîner Naïm moi même, demoiselle, fit ma mère. Je me porte garante de son talent.

    Keïko baissa un peu la tête en signe de respect :

    - Alors je me fie à vous, Dame Hélène.

    Elle se tourna vers Naïm.

    - Excusez-moi d'avoir douté de votre talent, Sir Naïm.

    Naïm en fut tout étonné.

    - Euh... C'est pas grave.

    Il était tout déboussolé.

    - Qu'est-ce que t'as ? fit Nout, intriguée.

    - C'est la première fois qu'on m’appelle "Sir", répondit Naïm avec un petit rire.

    Keïko rougit un peu :

    - Oh ! Désolée, c'est une marque de politesse envers quelqu'un de plus vieux que nous à la Deuxième Maison, fit-elle.

     Sur ce, Paul arriva.

    - Oups, je suis le dernier, fit-il. Désolé.

    - Ce n'est pas grave, fit Hélène, prenant officiellement la tête de notre petit groupe.

    Elle distribua à chacun de grandes capes noirs que Nout avait invoqué du Néant quelques temps plus tôt. 

    - Voici notre "camouflage", fit ma mère. 

    Nous enfilâmes tous nos capes. Elle nous regarda et frissonna.

    - Les enfants... Ce que nous allons faire n'est pas un jeu, murmura-t-elle. C'est même extrêmement dangereux. Ce soir... certains d'entre nous pourraient mourir. Et je m'en veux déjà de vous menez là bas. Alors je veux que vous me le promettiez, chacun.

    Elle nous regarda dans les yeux, un par un.

    - Faîtes-moi le serment de ne jamais trop s'éloigner de Paul, et, que si je cri le mot "bercail", vous fassiez une grande chaîne, et que vous rentriez tous ici.

    - Nous le promettons, scanda notre petit groupe.

    Alors, elle se pencha sur chacun de nous, et nous embrassa tous au front. Elle frémit en embrassant Thomas, et j'eus un petit sourire.

    - Mes chers petits... murmura-t-elle en s'éloignant. Allons-y.

    Nous fîmes alors une chaîne : Keïko, Thomas, Aglaé, moi, Paul, Nout, Naîm et Hélène. Paul ferma les yeux, et se concentra.

    - Ne lâchez sous aucun prétexte, chuchotais-je. 

    Ce n'est que lorsque que je sentis un tourbillon m'envahir que je me souvins de mon premier voyage par Relinquos, et de ce qui s'était passé. J’espérais vraiment que cette fois, je ne m'évanouirais pas.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :